Etat des lieux de l’univers des jeux vidéo en 2017

Le secteur vidéoludique se développe, c’est indéniable ! Les médias spécialisés comme généralistes s’accordent à dire qu’il s’agit d’un domaine en pleine croissance, aussi bien au niveau économique qu’au niveau de son audience. A juste titre, les jeux vidéo qui semblaient hier destinés aux enfants sont aujourd’hui porteurs de projet, et ça, le monde de l’entreprise (ou du moins une partie) l’a compris.

Démarrons par des constats forts et simples. Que représente le jeu vidéo pour nous autres habitants de l’hexagone ? La réponse est simple, un loisir déterminant auprès des français puisqu’en termes de chiffres d’affaires générés il représente le deuxième centre d’intérêt le plus lucratif. Juste avant la littérature mais devant le septième art, et ce n’est pas rien. Avec seulement une cinquantaine d’années d’existence, c’est clairement un des domaines qui a connu la plus grosse croissance en très peu de temps.

Encore quelques chiffres importants pour situer les enjeux. Les jeux vidéo concernent  80% des français qui affirment jouer occasionnellement, tandis qu’un français sur deux joue régulièrement, sans compter qu’un joueur sur deux et en fait une joueuse. Dans le même temps, l’industrie du jeu vidéo de l’hexagone enregistre un chiffre d’affaire annuel d’environ 2,7 milliards d’euros, chiffre en constante croissance (de l’ordre de 6%) depuis 2014. Dans ce marché florissant, notre pays s’offre une place de choix puisqu’il représente le troisième plus gros chiffre d’affaire européen derrière le Royaume-Uni et l’Allemagne, et par conséquent l’un des plus gros pays à l’échelle mondiale en termes de consommation vidéoludique.

Nouvelle image pour une nouvelle vie

En regardant ces chiffres, difficile de passer à côté des jeux vidéo. Ces statistiques montrent bien son aspect « incontournable », celui d’un média dominant, dont les enjeux concrets atteignent maintenant des sommes colossales. Elles montrent également qu’une page se tourne pour ce loisir. On assiste ces dernières années à une véritable renaissance des jeux vidéo, il faut dire que c’est un genre qui n’a pas bénéficié d’une très bonne presse depuis sa création. Bien au contraire, passé l’émerveillement de la prouesse technique des années 70, avec la création de monuments très connus comme Pong, le secteur vidéoludique a été décrié et ses détracteurs lui ont imputé toutes sortes de vices.

L’idée reçue la plus répandue encore de nos jours est certainement le lien étroit entre violence et jeux vidéo que plusieurs études très sérieuses ont fait volé en éclat, mais qui persiste malgré tout dans l’esprit des individus les moins sensibles à ce média ou les moins informés. Comme le montrait les chiffres que nous avancions un peu plus haut, l’eau a coulé sous les ponts et le média bénéficie désormais d’une meilleure image, certaines recherches tendent même à prouver que les jeux électroniques auraient un effet bénéfique sur notre santé, notamment sur les capacités de concentration des enfants et des personnes âgées. Mais au-delà de ça, la nouvelle virginité des jeux vidéo lui ont permis de toucher un nouveau public et de se lancer dans de nouveaux domaines.

Le phénomène émergeant : l’E-sport

Parmi ceux-ci, l’un des plus important est certainement l’E-sport, qui signifie sport électronique pour les néophytes. L’idée derrière ce phénomène émergeant est simple : jouer à des jeux vidéo de manière compétitive, au même titre que des sports cérébral comme les échecs. L’engouement pour ce secteur a beau être relativement récent, il est tout sauf mineur. A tel point que le public E-sportif représente une partie non négligeable des joueurs et un pan culturel du jeu vidéo à part entière. Un phénomène qui se vérifie aussi en chiffre : on estime qu’en France, environ 7,5 millions de joueurs sont des spectateurs réguliers de compétitions E-sportives, tandis qu’à l’international, 55 millions d’utilisateurs ont un compte sur Twitch, la principale plateforme de diffusion pour les tournois d’E-sport. Sur ce site de streaming, quelques compétitions exceptionnelles ont réussi à rassembler plus de 25 millions de spectateurs en simultané, soit un résultat supérieur à certains sports traditionnels.

Fort d’une audience aussi florissante que le marché du jeu vidéo, les supporters des sports électroniques sont actifs. Plusieurs structures se sont organisées à travers le monde. Certaines d’entre elles font désormais office de références, comme c’est le cas par exemple pour l’ESL, qui est à l’heure actuelle le plus gros organisateur et diffuseur de tournoi au monde. Qu’il s’agisse de médias, d’organisations sportives ou tout simplement d’éditeurs de jeux vidéo, ils sont de plus en plus nombreux à se partager le riche gâteau de l’E-sport et à graviter autour de la scène compétitive. Rien qu’en 2016, environ 2800 compétitions ont été lancées, avec des récompenses de plus en plus juteuses pour les joueurs professionnels. En 2015, c’est la coquette somme de 5 milliards de dollars qui ont servi de cash-prize. Avec une croissance de l’ordre de 100% entre 2014 et 2017, L’E-sport s’annonce comme un véritable Eldorado et quand on sait que 64% de la population des 18-34 ans se dit intéressée par ce phénomène, on peut penser sereinement qu’il est parti pour durer.

Comments